Samedi 24 octobre


14h
* Rencontre Cinéma
(OSORESAN/Mount of fear)
Natacha Nisic

A la rencontre de Nakamura Take, la dernière Itako, shamane aveugle du Japon, Natacha Nisic et l’historien Ken Daimaru dressent une fresque onirique sur les héritages culturels et leur fonction dans les lieux touchés par la catastrophe. Reprenant la dimension mythique des pièces de théâtre japonaises, ils tissent légendes et récits documentaires. Le désir de faire la paix avec les morts motive chacun de ceux qui rendent visite à une Itako. Comment faire la paix avec l’héritage de la catastrophe? En faisant ce voyage jusqu’à Osoresan, nous avons découvert une femme touchante, souriante et ouverte. Nous avons réalisé que Take Nakamura est un monument de l’histoire du Japon. Très précieux, rare et fragile. Un peu de notre humanité.A propos de la cinéaste
Le travail de Natacha Nisic explore la relation invisible entre les images, l’interprétation, le rituel et la mémoire. Son travail questionne la nature de l’image à travers différents médias : Super 8, 16MM, vidéo, images virtuelles, photographie et dessin. Elle expose abondamment autour du monde. Elle réalise pour Arte La Lucarne « le Ciel d’Andrea » (2014) ainsi que « Plutôt Mourir que Mourir »(2017) sur la Première guerre mondiale. Elle a réalisé le mémorial des Enfants au mémorial de la Shoah et travaille sur les questions de représentation des violences extrêmes.


* (SOLO)
Batterie Will Guthrie
Will Guthrie n’est pas un musicien s’embarrassant des frontières. Australien installé à Nantes, son parcours est en mouvement perpétuel entre le rock, le jazz, l’improvisation avec un jeu de batterie à la fois brut et érudit, simple et complexe : car il nous donne à entendre non de la technique mais de la musique libre et profondément inventive.


* (LOS AMARGADOS)

Electronique, trompette Petr Vrba
Electronique, contrebasse George Cremaschi

Depuis 2011 les Los Amargados travaillent en duo. Ils font vivre une scène musicale passionnante à Prague et en République Tchèque en conviant notamment des invités de toute l’Europe (de Xavier Charles à Thomas Lehn, de Jérôme Noetinger à Mickaël Zerang). Construction, superposition et décomposition de structures sont les bases de leur impressionnant vocabulaire sonore jouant en permanence entre minimal et maximal, flirtant et épousant le langage del’électroacoustique.

18h31 L’autour au point du jour COUCHER DU SOLEIL
ZONE HUMIDE FRESNES EN WOEVRE
NOORG (Eric Brochard/ Loic Guénin)
Electronique
N’aurions nous pas besoin de nous retrouver au cœur de la nature ? Alors rendez-vous au coucher du soleil à 18h31 le 24 octobre et au lever du soleil à 8h31 le 25 octobre avec les NOORG au bord du Longeau. Ces complices de longue date jouent aux frontières de multiples univers musicaux. Eric Brochard et Loic Guénin sculptent surtout les matières en tissant une toile complexe à partir d’un seul et unique fil. Une chance superbe de se replonger au fil des jours (et de l’eau).

21h

(RENCONTRE )
Guitare Pascal Marzan

Danse Pascale Gille
Il joue et elle danse. Ils ne se connaissent pas mais pourtant vont se mettre en jeu sur le parquet de Densités.Pascal Marzan vit à Londres où il joue régulièrement depuis de nombreuses années en duo et ensembles avec John Russell, Steve Beresford, Phil Durrant ainsi qu’avec les saxophonistes John Butcher et Ivo Perelman, Urs Leimgruber…. Pascale Gille formée aux nouvelles danses et aux techniques somatiques a plongé dans l’art de la performance depuis sa collaboration avec Lisa Nelson et invente des partitions d’attention à interpréter. Voilà deux artistes réunis pour le plaisir de croiser de beaux gestes.

(TRIO)
Piano Sophie Agnel

Electronique Joke Lanz
Batterie
Michael Vatcher
Entre ces trois musiciens naviguant sur les plus grandes scènes expérimentales internationales y aurait-il plus d’une similitude ? Pour répondre à la question, la pianiste Sophie Agnel a imaginé en 2016 cette rencontre avec le batteur américain Michael Vatcher (The Ex, 4 Walls) et le musicien suisse Joke Lanz (Sudden Infant), pionnier de la scène indépendante électronique. Textures sonores, relation très corporelle à l’instrument et par-dessus tout goût immodéré pour les tensions et les dynamiques sonores animent ces trois musiciens. Tensions et sursauts nous font vivre un moment musical époustouflant !

(COUAC)
Basse
Heddy Boubaker Basse
Voix
Sébastien Lespinasse
Duo vibratif & performatoire c’est sur : les deux oiseaux rares de COUAC n’en finissent pas de nous faire grincer de rire et rire en grinçant ? Le poète Sébastien Lespinasse défait les identités, marche sur la crise, bruisse le quotidien à pleine bouche pendant que Heddy Boubaker se joue d’une basse électrogène avec la simplicité, la philosophie et le bonheur de faire musique de tout qui le caractérise.

(DUSTBREEDERS)
Guitare, mange-disque Yves botz
Guitare Thierry Delles
Guitare Michel Henritzi

Groupe mythique qui n’a jamais splité, groupe sans concession qui a toujours bruité, défenseurs ardents du mange-disque en plein ère numérique, les Dustbreeders mettent en avant le brut et le décapant. Qu’ils soient accompagnés du must de l’expérimental nippon (Junko, Hijokaidan, Keiji Haino) et international (Sonic Youth, Borbetomagus, Sister Iodine) ou seuls cela vaut toujours le coup de rencontrer ces dangereux activistes de la noise.