Le jardin des délices

“ Le Jardin des délices ” (2013)

La recette et la chanson du cake d’amour du film « Peau d’âne », « Le jardin des délices » de Jérôme Bosch, « Semiotics of the kitchen » de Martha Rossler ont été quelques-unes des sources d’inspirations d’une aventure centrée autour du goût sucré et de la nourriture. Plus de 120 personnes (enfants, adultes handicapées, personnes âgées) ont inventé ensemble et avec les artistes. Ateliers d’écriture, danse et improvisation, dessin et arts plastiques, ateliers de cuisine, dégustations et rencontres conviviales ont jalonné une année bien remplie. Pêle-mêle se sont croisés Dagobert l’éclair, 100 gr de cheveux bouclés, Babouche le chausson aux pommes, la chanson « Je t’ai donné mon coeur », un kit d’ustensiles de cuisine pour danser, 300g de cheveux bouclés, le riz à l’impératrice, des chamallows ou de la cannelle dégustés à l’aveugle, un zeste de gourmandise … Pour faire un petit parcours avec soi et les autres et finalement, pour vivre et créer ensemble !

Quelques mignardises de ce parcours savoureux sont proposées à Densités avec :
Un film réalisé par Stéphane Collin (en ouverture du festival le vendredi 25 octobre à 19h).
Une installation visuelle et sonore (Pôle culturel du 25 au 27 octobre).
Une mini-exposition au bar-tabac « Chez Monique » du 14 au 27 octobre.

Avec Marie Bouchacourt (plasticienne), Marie Gaxotte (plasticienne), Céline Larrère (chorégraphe), Emmanuelle Pellegrini (poète), Philippe Rodriguez-Jorda (cuisinier-marionettiste), Fabienne Simon (écrivaine). 
Les classes de CE2, CM2 et CM1 de l’école primaire de Fresnes-en-Woëvre. Les résidants de l’Adapeim de Fresnes-en-Woëvre et de Verdun. Les personnes âgées du foyer-résidence des Côtes de Meuse à Hannonville -sous-les-Côtes. Et leurs personnels accompagnants : Magalie Forveil, Patricia Ravelli, Nathalie Coolens (enseignantes), Claudie Stell, Sylvie Difant et Sylvie Rangoni (Adapeim), Valérie Violetti, Karine Ersnt, Noëlle Henri (Foyer-logement) et l’ensemble des personnels associés.

Un conte ordinaire en temps de paix : extrait par Fabienne Simon
(…) Tous ceux-là ont bien voulu écrire, tous ceux-là ont bien voulu parler er rire et rêver. Des rencontres scandées par mes aller-retours Paris-Verdun. Verdun-Paris. Les champs de bataille ont laissé la place au jardin des délices. Hannonville-sous-les-côtes a refleuri un peu à l’évocation de gourmandises communes, gourmandises oubliées remémorées. Et les corps ont dansé aussi cette danse des délices au pays de la paix retrouvée. Les mirabelles ont valsé avec les tartes au sucre. Les pommes d’amour ont flirté avec les choux à la crème. Avez-vous déjà dansé la danse du chou à la crème, la danse de l’omelette norvégienne ? Eh bien, cela nous a été donné par le jardin des délices de danser de telles gourmandises, de mettre nos pas dans de telles traces sucrées. Paris-Verdun. Verdun-Paris. Au pays de la Voie sacrée. Au gré des saisons, l’hiver au jardin a été long et rude, l’hiver en chambre aussi, le printemps s’est fait attendre et les visages le disent, ça, que la grisaille a émoussé les âmes. Mais on a tenu bon jusqu’à l’été. D’âge en âge. Les petits et les grands ont confectionné des masques de papier figurant des gourmandises, histoire de changer de visage pour une identité sucrée plus légère. Et à 4 mains, on a fait un vrai gâteau aux diverses épices, un cake d’amour à tomber !
Dernier aller-retour Paris-Verdun. Verdun-Paris.
Et je pense à la recette de soi que les grands ont fabriquée à partir d’eux-mêmes, et de la liste des ingrédients qui les composent. Les plus petits ont eu du mal à écrire ce portrait de soi, tandis que les anciens ont refusé de se livrer à l’exercice. On dirait les aléas du direct. L’important est la rencontre, et les rires partagés (…) »

Article de presse : Échos&Coëvre

cuisine08CuisinierParPaulIMG_0706