Festival Densités

FESTIVAL DENSITÉS, La triste nouvelle…

La préfecture a décidé et nous n’y pouvons rien.
Juste aux portes de notre 26° voyage voilà le festival Densités échoué.

Laissant sur le rivage 40 artistes, une restauratrice et 7 techniciens dans l’incapacité de faire à nouveau résonner l’espace.
Laissant une équipe de 3 plasticiens privés de leurs pinceaux.
Laissant 2 permanents et 1 service civique privés de leur travail.
Laissant 1 Présidente, 1 Conseil d’Administration et plus de 30 bénévoles sans autre solution que l’impuissance.

Et toute l’économie locale sur le carreau : les maraîchers, brasseurs et viticulteurs bio, le boucher, le loueur de matériel, les gîtes et Hôtels réservés pour les artistes et par le public, la Vida Locale et le Café Chez Monique à Fresnes …
Et le public bien sûr encore privé d’une occasion de goûter l’art, la beauté, le plaisir d’être ensemble. Les mots nous manquent.

Cette année, le festival devait accueillir :
Hysterrae : Cinzia Marzo, Silvia Gallone, Irene Lungo & Shadi Fathi / KrCi : Loris Binot & Emilie Skriejl invitent Le Quan Ninh / Couac : Heddy Boubaker & Sébastien Lespinasse / Satellites : Patricia Bosshard , Jasmine Morand & Dragos Tara / Osoresan (Mount of Fear) : Natacha Nisic / Little Tighter : Claire Bergerault & Fred Jouanlong / L’autour aux points du jour : Noorg (Loic Guénin, Eric Brochard) / Solo : Anthony Pateras / Trio : Sophie Agnel, Joke Lanz, Michael Vatcher / Solo : Will Guthrie / Dustbreeders : Yves Botz, Thierry Delles, Michel Henritzi, Visibles / Invisibles : Emilie Borgo, Xavier Saïki / Duo : Terrie Hessels, Andy Moor / Duo : Pascal Marzan, Pascale Gille / Tumult : Arnaud Rivière, Mario De Vega / Los Amargados : Petr Vrba, George Cremaschi / We use cookies & al : Simon Henocq, Romain Al. Exposition « Bonne nouvelle » : Marie Bouchacourt, Benoit Carpentier et Sarah D’Haeyer / « Fougères sensibles » relaxation (E. Borgo, L. Lenhard) / l’hôtesse ou bergère : HélèneA…

Présentation
Chercheur, le festival Densités a pour caractéristique d’être à l’affut des tendances les plus actuelles de la création d’aujourd’hui. Le souci de la direction artistique est donc de proposer des découvertes du monde entier, d’ouvrir un espace pour les plus jeunes artistes de la scène française et internationale, de découvrir chaque année l’œuvre d’un compositeur de musique électroacoustique, et de mettre un accent sur l’interdisciplinarité, les performances, la poésie. Cette programmation dense d’environ 20 spectacles sur trois jours prend aussi en compte la situation en territoire rural en proposant un accueil et une convivialité non feintes, pour bénéficier aux gens venus de loin, comme au public local.

rue